• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 7 juin 2008

Comment te dire

Posté par isabelled.monalisa le 7 juin 2008

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 

comme une rose fanée, je me fane moi aussi, comme une rose fanée, ma vie est finie

j’aurais voulu t’apprécier, comme on t’aurai jamais apprécier, t’offrir mon amitié, mon amour et mon plus précieux trésor

 j’aurais voulu t’apprécier, te dire que le monde nous appartenait, t’offrir tout ce que j’avais et toujours pouvoir te protéger

comme une rose fanée, je te vois toujours la nuit, comme une rose fanée les pétales se meurent d’ennuis

j’aurais voulu rêver, comme on t’aurais jamais fais rêver, t’offrir mes rêves les plus magiques et les plus angéliques
 
j’aurais voulu rêver, te dire que le monde était signe de liberté, t’offrir les plus beaux nuages et mon plus beau visage

comme une rose fanée, tu t’es évanoui, comme une rose fanée, tu es parti 

Publié dans m: Pensees | Pas de Commentaire »

Un métier

Posté par isabelled.monalisa le 7 juin 2008

Professionnellement, le taureau à beaucoup de cordes à son arc. Il est apprécié pour son sérieux, sa régularité et sa capacité de travail. Il peut réussir dans tout métier en rapport avec la nature,  faire carrière dans une profession liée au bâtiment ou dans les activités bancaires et plus particulièrement dans la restauration, la décoration enfin tout ce qui touche aux arts plastiques. Enfin il sait s’occuper d’enfants avec patience et efficacité. Il est à l’aise au sein d’une entreprise si son poste ne demande pas une grande rapidité de réaction. Il est capable de travailler d’arrache pied pour parvenir à une confortable réussite matérielle

Publié dans b:1b:l'enfant taureau | Pas de Commentaire »

Ces larmes de douleurs

Posté par isabelled.monalisa le 7 juin 2008

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Sortent du plus profond de mon coeur

Je ne peux les stopper
Par peur de tout arrêter

Je suis seule dans le noir
Sans aucun espoir

Je veux hurler
Mais ma bouche reste fermer

Ce chagrin restera
Jusqu’à ce que la mort m’emportera

Le temps ne me fera pas oublier
Le mal que ton départ m’a infligé

Cette souffrance
Ne sera que errance

Malgré ce vide
Mon issu de secours ne sera  j’espère pas le suicide

Tout au long de ma vie
Je serais meurtri

Mais je combattrais
La tête levée 

Publié dans c: Poemes | Pas de Commentaire »

12
 

Mon blog . |
Sombres Reminiscences |
dreakill |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Huguette.... vie et secrets.
| Introspection des doigts de...
| noamauduit