• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 17 février 2010

Montesquieu

Posté par isabelled.monalisa le 17 février 2010

L’entêtement pour l’astrologie est une orgueilleuse extravagance. Il n’y a pas jusqu’au plus misérable artisan qui ne croie que les corps immenses qui roulent sur sa tête ne sont faits que pour annoncer à l’Univers l’heure où il sortira de sa boutique.

Il semble qu’il n’y ait point de milieu entre l’excellent et le détestable.

Ce qui manque aux orateurs en profondeur, ils vous le donnent en longueur.

Il est très surprenant que les richesses des gens d’Eglise aient commencé par le principe de pauvreté.

La raison pourquoi les sots réussissent ordinairement dans leurs entreprises, c’est que ne sachant et ne voyant jamais quand ils sont importuns, ils ne s’arrêtent jamais. Or, il n’y a pas d’homme assez sot pour ne savoir pas dire : « donnez-moi cela ».

Si la physique n’avait d’autres inventions que celles de la poudre et du feu grégeois, on ferait fort bien de la bannir comme la magie.

L’argent est très estimable, quand on le méprise.

Il faut savoir le prix de l’argent : les prodigues ne le savent pas, et les avares encore moins.

Je suis distrait. Je n’ai de mémoire que dans le coeur.

Malheureuse condition des hommes ! A peine l’esprit est-il parvenu au point de sa maturité, le corpscommence à s’affaiblir.

La crainte ajoute à nos peines, comme les désirs ajoutent à nos plaisirs.

Quand on veut gouverner les hommes, il ne faut pas les chasser devant soi. Il faut les faire suivre.

C’est la capitale qui, surtout, fait les moeurs des peuples ; c’est Paris qui fait les Français.

Il ne faut rien faire que de raisonnable ; mais il faut bien se garder de faire toutes les choses qui le sont.

Toutes les religions ont eu leurs mystères, et il semble que, sans cela, il n’y aurait point de religion.

Publié dans m: Pensees | 2 Commentaires »

 

Mon blog . |
Sombres Reminiscences |
dreakill |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Huguette.... vie et secrets.
| Introspection des doigts de...
| noamauduit